#RDVAncestral – Une surprise hivernale

Le temps est clément, en ce mois de février. Nous n’avons pas eu de véritable hiver et ça me laisse perplexe quant au temps qu’il fera en été… Aurons-nous un été pluvieux ? Mes pensées virevoltent : le temps cet été, mon frère qui veut aller au Japon à cette période de l’année, les Jeux Olympiques de Tokyo, les Jeux Olympiques…

Je me retrouve tout à coup devant un vieux poste de radio, comme celui qui est chez ma grand-mère, mais en bien meilleur état. « Ces Jeux étaient exceptionnels. C’est une grande réussite pour le paysage français, qui non seulement a rassemblé près d’un million de visiteurs, mais la France a réussi à se classer parmi les meilleurs mondiaux. On a gagné 9 médailles – vous rendez-vous compte ? -, ce qui nous place à la troisième place du classement des pays… » rapporte une voix de journaliste, qui continue de parler mais je ne l’écoute déjà plus.

J’ouvre la fenêtre et un courant d’air frais me glace en un instant. Il fait d’ailleurs bien frais dans cette pièce exigüe. En tout cas, l’hiver est bel et bien présent ici. Je ne reconnais pas où je suis et m’empresse de faire le tour pour en avoir une idée. Ça tombe bien, près de la fenêtre se trouve un journal. La date indique le 22 février 1968. 1968 ? Les Jeux Olympiques d’hiver se passaient à Grenoble mais quel rapport ?… Ça y est, je me souviens : mon arrière-arrière-grand-mère Victorine TETARD est décédée cette année-là. Serais-je à Dijon ? Je m’habille chaudement et descends dans la rue. Malheureusement, je ne reconnais pas grand chose non plus, n’y étant jamais allée… J’hèle un passant pour savoir où se situe le cimetière. Une fois arrivée sur place, je vois une procession. Je me glisse vers eux tout en restant à une certaine distance. J’entends par la même occasion des bribes de discussions.

« C’était une belle personne. Dommage qu’elle nous ait quittés.
– Que voulez-vous ? Nous ne sommes pas éternels…
– Elle n’a pas eu une vie facile…
– Elle était vaillante !
– Elle a pourtant abandonné son enfant, la seule qu’elle avait ! Je n’aurais pas pu…
– Chut ! La voici. »

Je me tourne vers la personne dont ils parlent. Mon arrière-grand-mère ! Je reconnais tout de suite le visage de cette femme, pour avoir regardé longuement son visage sur les photos qu’on m’a envoyé. J’ai alors envie de me précipiter vers elle, prendre ce petit bout d’femme dans mes bras et lui poser milles questions. Cependant, je reste à ma place, ayant conscience du moment solennel. Son visage ridé est grave et on voit que la vie ne l’a pas épargnée non plus… Alors, je laisse les questions défiler dans ma tête :

Renée, as-tu connu ton père adoptif ? Comment était-il ? Que s’est-il passé pour que tu « abandonnes » tes deux garçons, Paul et Raymond, mais pas ta fille Hélène ? Qui est le père de tes trois enfants ? Qu’es-tu devenue ? Qui es-tu ? Je n’ai que des bribes de ta vie et plus de 30 ans séparent la naissance de Raymond, mon grand-père, et cet instant…

Alors que la scène devant moi devient de plus en plus floue et que j’ai conscience de revenir au 15 février 2020, une question me taraude : Renée BRUCKNER, est-ce que je te retrouverai un jour ? Après 1968, je n’en ai plus aucune trace. Mais je suis heureuse. Heureuse de l’avoir aperçue. Et j’espère… J’espère qu’un jour une porte s’ouvrira et une partie de ces mystères résolues.

Renée BRUCKNER et sa fille Hélène (?) – Archives personnelles

3 réflexions sur “#RDVAncestral – Une surprise hivernale

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s